Un Algérien disparu depuis 26 ans retrouvé coincé dans le sous-sol d’un voisin | Nouvelles sur la criminalité | Dmshaulers

Un Algérien disparu depuis 26 ans retrouvé coincé dans le sous-sol d'un voisin |  Nouvelles sur la criminalité

La police affirme qu’un homme disparu pour la première fois en 1998 était gardé par un voisin de 61 ans à quelques minutes de son domicile.

Un Algérien disparu en 1998 pendant la guerre civile a été retrouvé vivant dans le sous-sol de son voisin 26 ans plus tard, selon les autorités.

Le ministère de la Justice du pays a déclaré mardi que l’homme, alternativement identifié comme Omar bin Omran ou Omar B, avait disparu alors qu’il avait 19 ans et aurait longtemps été kidnappé ou tué.

Mais il a été retrouvé vivant en début de semaine, à l’âge de 45 ans, après avoir été retenu captif par un voisin dans une bergerie cachée par des meules de foin, à seulement 200 mètres de son ancienne maison à Djelfa, dans le nord de l’Algérie.

Le ministère a déclaré qu’une enquête sur ce crime « odieux » était en cours et que la victime recevait un traitement médical et psychologique.

La police a arrêté le pirate de l’air présumé, un portier de 61 ans, après qu’il ait tenté de s’enfuir. L’enlèvement a été découvert après que le frère du suspect a publié des informations révélatrices sur les réseaux sociaux au milieu d’un prétendu différend successoral entre les frères et sœurs.

“Le 12 mai à 20h00 heure locale, (ils) ont trouvé la victime Omar bin Omran, âgé de 45 ans, dans le sous-sol de son voisin BA, âgé de 61 ans”, a indiqué un responsable du tribunal.

La mère de la victime est décédée en 2013, alors que la famille pensait encore qu’il était probablement mort. Les médias algériens ont rapporté que ben Omran a déclaré à ses sauveteurs qu’il pouvait parfois voir sa famille de loin mais qu’il se sentait incapable de crier à cause d’un “sort” que son ravisseur lui avait lancé.

La découverte faite dimanche par Bin Omran résout un mystère qui persistait dans sa communauté depuis la sanglante guerre civile en Algérie. Les proches des victimes de la guerre réclament toujours justice pour leurs proches disparus ou décédés.

Environ 200 000 personnes ont été tuées dans les années 1990 lors de la guerre qui opposait le gouvernement aux combattants islamistes. Cette période est parfois qualifiée de « décennie noire » de l’Algérie.

Jusqu’à 20 000 personnes auraient été kidnappées pendant la guerre, qui a pris fin en 2002. Selon SOS Disparus, une association algérienne de personnes disparues pendant la guerre, quelque 8 000 Algériens ont disparu entre 1992 et 1998 seulement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *