Rapport sur les fusées : Astroscale poursuit la fusée morte ; Ariane 6 sur le pad | Dmshaulers

Rapport sur les fusées : Astroscale poursuit la fusée morte ;  Ariane 6 sur le pad
Agrandir / Cette image prise par le satellite ADRAS-J d’Astroscale montre l’étage supérieur abandonné d’une fusée japonaise H-IIA.

Bienvenue dans le numéro 6.42 de Rocket Report ! Plusieurs missions majeures devraient être lancées dans les prochains mois. Il s’agit notamment du premier vol en équipage du vaisseau spatial Starliner de Boeing, dont le décollage est prévu le 6 mai, et du prochain vol d’essai de la fusée Starship de SpaceX, qui pourrait avoir lieu avant la fin mai. Peut-être dès le début de l’été, SpaceX pourrait lancer la mission Polaris Dawn avec quatre astronautes privés, qui effectueront la première sortie spatiale entièrement commerciale en orbite. En juin ou juillet, le premier lancement de la nouvelle fusée européenne Ariane 6 est prévu. Rassurez-vous, Ars aura tout couvert.

Comme toujours, nous message de bienvenue au lecteur, et si vous ne voulez manquer aucun numéro, veuillez vous abonner en utilisant la case ci-dessous (le formulaire n’apparaîtra pas sur les versions du site compatibles AMP). Chaque rapport comprendra des informations sur les fusées de petite, moyenne et lourde portée, ainsi qu’un aperçu rapide des trois prochains lancements du calendrier.

Une fusée allemande arrive au port spatial écossais. Rocket Factory Augsburg a livré un booster pour sa fusée RFA One développée en privé au port spatial SaxaVord en Écosse, la société a annoncé le X. Le premier étage de la fusée RFA One a été installé sur sa rampe de lancement à SavaVord pour subir les préparatifs d’un essai d’incendie statique. Le propulseur est arrivé au site de lancement écossais avec cinq de ses moteurs Helix à pétrole. Les quatre moteurs Helix restants, pour un total de neuf, seront montés sur le booster RFA One de SaxaVord, a indiqué la société.

L’objectif est de voler cette année… RFA espère lancer sa première fusée de classe orbitale d’ici fin 2024. L’autorité britannique de l’aviation civile a délivré le mois dernier une licence de portée au port spatial SaxaVord pour permettre à l’opérateur du port spatial de contrôler la mer et l’espace aérien lors d’un lancement. RFA est principalement financé par des fonds privés, mais a obtenu le soutien financier de l’Agence spatiale européenne, de l’Agence spatiale britannique et de l’Agence spatiale allemande, connue sous le nom de DLR. La fusée RFA One comportera trois étages, mesurera près de 30 mètres de haut et pourra transporter près de 2 900 livres (1 300 kg) de charge utile sur une orbite polaire héliosynchrone.

Arianespace remporte le contrat de lancement de l’ESA. L’Agence spatiale européenne a attribué à Arianespace un contrat pour le lancement d’un satellite de recherche spatial conjoint euro-chinois fin 2025, Ceci est rapporté par European Spaceflight. Le Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer (SMILE) est un vaisseau spatial de 4 850 livres (2 200 kilogrammes) conçu pour étudier l’environnement magnétique de la Terre à l’échelle mondiale. L’objectif de la mission est de parvenir à une compréhension plus complète de la connexion Soleil-Terre. Mardi, l’ESA a officiellement signé un contrat avec Arianespace pour le lancement de SMILE à bord d’une fusée Vega C construite par le constructeur italien de fusées Avio.

Mais ça pourrait ne pas durer … Fin 2023, Les pays membres de l’ESA sont d’accord pour permettre à Avio de commercialiser et de gérer le lancement des vols Vega C indépendamment d’Arianespace. Lors de la conclusion initiale de l’accord, 17 vols avaient été réservés via Arianespace pour être lancés à bord de véhicules Vega. Si ces missions sont toujours gérées par Arianespace, Avio travaille avec le lanceur pour parvenir à un accord qui permettra au constructeur italien de fusées d’assumer la gestion de tous les vols de Vega. La fusée Vega C est clouée au sol depuis qu’un échec de lancement en 2022 a contraint Avio à repenser la tuyère du moteur du deuxième étage à combustible solide de la fusée. Vega C devrait reprendre ses vols d’ici fin 2024. (soumis par Ken the Bin)

Le plus simple pour suivre le reportage spatial d’Eric Berger est de vous inscrire à sa newsletter, nous récupérons ses histoires dans votre boîte mail.

Le point sur le deuxième lancement d’ABL. ABL Space Systems prévoyait de lancer sa deuxième fusée légère RS1 plus tôt cette année, mais la société a rencontré une anomalie lors des essais au sol sur le site de lancement en Alaska, selon Aria Alamalhodae de TechCrunch. Kevin Sagis, ingénieur en chef d’ABL, a déclaré qu’il n’y avait « pas de retard significatif » dans le lancement de la deuxième fusée RS1, mais la société n’a pas annoncé de calendrier ferme. “Lors des tests au sol destinés à contrôler le vol du véhicule, un problème est survenu et nous a fait retourner au hangar”, a déclaré Sagis, selon Alamalhodae. “Nous avons depuis résolu et résolu le problème. Il n’y a eu aucune perte de matériel et nous avons validé l’état du véhicule sur la plateforme. Nous poursuivons les préparatifs pour le tir statique et le lancement.”

Près de 16 mois sans lancement … Le premier vol d’essai du RS1 d’ABL en janvier 2023 s’est terminé quelques secondes après le décollage avec l’arrêt prématuré de ses moteurs à carburant liquide. La fusée s’est écrasée sur la rampe de lancement en Alaska. Une enquête a révélé qu’un incendie à l’arrière du booster RS1 avait brûlé les faisceaux de câbles, provoquant une perte de puissance de la fusée et l’arrêt de ses moteurs. Les ingénieurs pensent que le support de lancement mobile de la fusée était trop petit, plaçant la fusée trop près du sol lorsqu’elle a allumé ses moteurs. Cela a provoqué la recirculation des gaz d’échappement chauds du moteur sous la fusée et provoqué un incendie dans le compartiment moteur lors du décollage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *