L’ONU exhorte la Géorgie à retirer le projet de loi sur « l’influence étrangère » – DW – 02/05/2024 | Dmshaulers

L’ONU exhorte la Géorgie à retirer le projet de loi sur « l’influence étrangère » – DW – 02/05/2024

De hauts responsables de l’ONU, de l’UE et des États-Unis ont condamné la tentative de la Géorgie d’adopter une loi sur « l’influence étrangère » qui, selon les critiques, muselage des médias indépendants et des groupes de défense des droits.

“J’appelle les autorités géorgiennes à retirer ce projet de loi et à engager un dialogue, notamment avec la société civile et les médias”, a déclaré jeudi le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk.

“Qualifier les ONG et les médias qui reçoivent des financements étrangers d'”organisations agissant dans l’intérêt d’une puissance étrangère” constitue une menace sérieuse pour le droit à la liberté d’expression et d’association.”

Des dizaines de milliers de Géorgiens ont manifesté contre le projet de loi devant le parlement du paysPhoto : Irakli Gedenidze/Reuters

De nouvelles manifestations ont éclaté jeudi dans plusieurs endroits de la capitale géorgienne, Tbilissi, attirant des dizaines de milliers de personnes.

Cela fait suite à des manifestations similaires devant le bâtiment du Parlement. Mardi et Mercredi a été attaqué par la police.

La loi proposée obligerait les organisations bénéficiant de plus de 20 % de financement étranger à divulguer leurs sources. Mais les critiques estiment que cela ressemble à la loi russe sur les « agents étrangers », qui a été utilisée pour réprimer la presse libre et la société civile.

Les ambitions européennes de la Géorgie menacées

La Géorgie en est une candidat officiel à rejoindre l’UE, mais la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que le pays se trouvait désormais à la croisée des chemins.

“Je suis la situation en Géorgie avec une grande inquiétude et je condamne les violences dans les rues de Tbilissi”, a-t-elle déclaré sur les réseaux sociaux.

“Le peuple géorgien souhaite un avenir européen pour son pays. La Géorgie se trouve à la croisée des chemins. Elle doit maintenir le cap sur la voie de l’Europe”.

L’Union européenne a condamné le projet de loi, faisant écho aux critiques des États-Unis et des Nations Unies.Photo : Vano Shlamov/AFP

Chef de Direction de l’Élargissement de la Commission européenneGert Jan Koopman a déclaré que le projet de loi nuirait aux espoirs de la Géorgie de rejoindre un jour le bloc.

“Il y a des développements inquiétants en termes de législation. La loi (…) telle qu’elle est est inacceptable et créera de sérieux obstacles au processus d’adhésion à l’UE”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Tbilissi.

L’ambassadeur américain en Géorgie, Robin Dunnigan, a également déclaré que l’élection du gouvernement géorgien “a éloigné le pays de son avenir euro-atlantique”, tandis que le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis étaient “profondément préoccupés” par la nouvelle législation. .

Un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré que le projet de loi “va à l’encontre des valeurs sur lesquelles repose l’Union européenne et auxquelles le peuple géorgien a montré son profond attachement”.

Quelle est la prochaine étape pour la loi géorgienne sur « l’influence étrangère » ?

Le projet de loi a passé ses première et deuxième lectures au parlement géorgien, mais il doit encore passer en troisième lecture et être promulgué par le président.

Le président géorgien pro-européen Salomé Zourabichvili est en désaccord avec le parti au pouvoir, le Rêve géorgien, et a juré d’opposer son veto au projet de loi.

Cependant, le parti dispose de suffisamment de sièges au Parlement pour potentiellement contourner cette situation.

zc/nm (AFP, Reuters, AP)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *