Le bilan des inondations au Kenya s’alourdit. Un groupe de défense des droits affirme que la réponse du gouvernement fait défaut : NPR | Dmshaulers

Le bilan des inondations au Kenya s'alourdit.  Un groupe de défense des droits affirme que la réponse du gouvernement fait défaut : NPR

Un homme nage depuis une église submergée après que la rivière Tana a débordé à la suite de fortes pluies à Mororo, à la frontière des comtés de la rivière Tana et de Garissa, dans le nord-est du Kenya, le 28 avril. Les fortes pluies qui ont frappé certaines régions du Kenya ont fait des dizaines de morts et déplacé des dizaines de milliers de personnes, selon les Nations Unies.

Autre Kasuku/AP


masquer la légende

changer la légende

Autre Kasuku/AP


Un homme nage depuis une église submergée après que la rivière Tana a débordé à la suite de fortes pluies à Mororo, à la frontière des comtés de la rivière Tana et de Garissa, dans le nord-est du Kenya, le 28 avril. Les fortes pluies qui ont frappé certaines régions du Kenya ont fait des dizaines de morts et déplacé des dizaines de milliers de personnes, selon les Nations Unies.

Autre Kasuku/AP

NAIROBI, Kenya (AP) — Human Rights Watch a accusé jeudi les autorités kenyanes de ne pas avoir réagi de manière adéquate aux inondations en cours qui ont tué plus de 170 personnes depuis le début de la saison des pluies.

L’association de défense des droits humains basée à New York a déclaré que le gouvernement “a l’obligation, en matière de droits de l’homme, de prévenir les dommages prévisibles dus au changement climatique et aux événements météorologiques extrêmes et de protéger les personnes en cas de catastrophe”.

Le service météorologique du Kenya a émis une alerte précoce avant le début de la saison des pluies, mais le président William Ruto n’a formé un comité d’intervention que le 24 avril. À cette époque, près de 100 personnes étaient mortes à cause des inondations.

Le Kenya, comme d’autres régions d’Afrique de l’Est, a été submergé par des inondations. Plus de 150 000 personnes ont été déplacées et vivent dans des dizaines de camps.

Le groupe de défense des droits de l’homme a déclaré que le gouvernement n’avait pas tiré les leçons de la saison des pluies de l’année dernière, qui a fait des centaines de morts.

Une cabane est visible dans la réserve nationale inondée du Masai Mara, qui a laissé mercredi des dizaines de touristes bloqués dans le comté de Narok, au Kenya. Le Kenya, comme d’autres régions d’Afrique de l’Est, a été submergé par des inondations.

Bobby Neptune/AP


masquer la légende

changer la légende

Bobby Neptune/AP


Une cabane est visible dans la réserve nationale inondée du Masai Mara, qui a laissé mercredi des dizaines de touristes bloqués dans le comté de Narok, au Kenya. Le Kenya, comme d’autres régions d’Afrique de l’Est, a été submergé par des inondations.

Bobby Neptune/AP

Le Département météorologique avait averti que le pays connaîtrait une augmentation des précipitations en raison d’El Niño jusqu’au début de cette année, mais Ruto a déclaré en octobre que le pays avait été épargné par les conditions météorologiques.

Le gouvernement avait alors annoncé qu’au moins 10 milliards de shillings kenyans (75 millions de dollars) seraient débloqués pour préparer une réponse à l’échelle nationale. On ne sait pas exactement comment les fonds ont été dépensés et les critiques ont accusé le gouvernement de détournement.

Des enfants fuyant les inondations qui ont causé des ravages à Mororo, à la frontière des comtés de Tana River et de Garissa, dans le nord-est du Kenya, le 28 avril.

Autre Kasuku/AP


masquer la légende

changer la légende

Autre Kasuku/AP


Des enfants fuyant les inondations qui ont causé des ravages à Mororo, à la frontière des comtés de Tana River et de Garissa, dans le nord-est du Kenya, le 28 avril.

Autre Kasuku/AP

Les personnes touchées par les inondations en cours à Mai Mahiu, dans l’ouest du pays, ont accusé le gouvernement de réagir lentement. Au moins 45 personnes sont mortes après qu’une rivière ait débordé et détruit des maisons, et plus de 80 personnes sont portées disparues depuis lundi. Les décombres n’ont pas encore été dégagés pour retrouver des corps enterrés.

Mardi, le gouvernement a ordonné aux personnes vivant dans les zones sujettes aux inondations de se déplacer ou d’être évacuées de force alors que de nouvelles pluies sont prévues dans tout le pays en mai.

Un homme traverse les inondations à Kisumu, au Kenya, le 17 avril.

Brian Ongoro/AP


masquer la légende

changer la légende

Brian Ongoro/AP


Un homme traverse les inondations à Kisumu, au Kenya, le 17 avril.

Brian Ongoro/AP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *